Photos - Les amis des aveugles et malvoyants
Enregistrer en PDF L'Œuvre fédérale les Amis des Aveugles et Malvoyants sur Facebook

Journée internationale de la canne blanche : être diabète et aveugle

Journée internationale de la canne blanche : diabète et aveugle

En ce 15 octobre 2016, Journée internationale de la canne blanche, focus sur le symposium organisé à Mons sur les atteintes oculaires du diabète. Placé sous la direction du Conseil scientifique de l’association, présidé par le Professeur Jean DUCOBU, endocrinologue et diabétologue, il réunit des spécialistes dans le traitement du diabète et des atteintes oculaires liées à cette pathologie. Des diabétiques devenus (presque) aveugles racontent leur histoire.

La collaboration entre spécialistes

Parmi les témoins, un patient (67 ans) diagnostiqué diabétique en 1987, ayant perdu progressivement la vue pour devenir totalement malvoyant. Il explique la nécessaire collaboration entre spécialistes autour du médecin généraliste, ainsi que les bouleversements dans la vie quotidienne et les nécessaires adaptations pour continuer ses activités professionnelles et sociales. Pour percer la muraille qui est devant soi, raconte-t-il.

Diabétique et aveugle

Souffrant d’un diabète de type I consécutivement à une pancréatite, cet ancien avocat a d’abord subi une hémorragie à l’oeil en 1999, un glaucome quelques années plus tard. Même si on est averti, on n’a pas toujours réellement conscience de ce qui se passera quelques années plus tard, et on ne pense certainement pas à la cécité. Aujourd’hui, bien qu’il soit devenu aveugle et que ses yeux ne le fassent pas souffrir, il suit toujours un traitement contraignant pour conserver l’organe-même.

Perdre son autonomie

Au fur et à mesure de la perte de vision, sa vie professionnelle et extérieure s’est réduite. Ce qui me manque le plus, c’est de pouvoir me mouvoir librement, d’être privé de conduite automobile, de voir mes proches et mes petits-enfants à naître. La nécessité faisant loi, j’ai dû adapter les activités quotidiennes à ma situation nouvelle. Les Amis des Aveugles m’y ont aidé en me proposant du matériel adapté, des cours de mobilité et des conseils pour le quotidien. Après une phase de déni, je suis aujourd’hui dans une phase de résilience : je lis, je vais au concert, je visite les musées. Je pense que le médecin généraliste est une plaque tournante dans le suivi de la pathologie et du patient. Pour les diabétiques, je pense qu’il est important de faire vérifier la tension oculaire mensuellement. Je suis convaincu qu’il est fondamental d’informer pour prévenir.

Se déplacer grâce à sa canne et son chien guide

Une autre personne âgée de 69 ans explique que son diabète, décelé en 2003, a eu de dramatiques conséquences sur sa vision. Les vaisseaux sanguins de mon œil droit ont éclaté, ce qui a endommagé mon nerf optique et provoqué une perte totale de vision. Une opération a permis qu’elle recouvre en partie la vue de son œil gauche mais depuis quelques mois, celle-ci se dégrade et elle ne perçoit plus, aujourd’hui, que très vaguement les visages. Presque aveugle, elle circule aujourd'hui à l'aide de son chien guide, formé aux Amis des Aveugles, et de sa canne blanche.

 

 

 


Comment nous aider ?

Sans votre générosité, nous ne pourrions organiser et développer une offre de services adaptés aux personnes déficientes visuelles. Petite ou grande, ponctuelle ou régulière, votre aide est précieuse. Nous vous en sommes reconnaissants.

Faire un don sur notre compte bancaire : BE49 001700000071 (BIC : GEBABEBB)

Faire un don en ligne en cliquant sur :

FAIRE UN DON

International Guide Dog Federation
Politique de confidentialité | Copyright | Mentions légales | Copyright © Les Amis des Aveugles 2022 | Réalisé par Comase info avec CodeWeb